Chers Membres de la Chambre,

Reconnaissance, fierté, ambition: telles sont les valeurs qui m’habitent à l’heure d’embrasser le mandat privilégié de Présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie Tuniso-Suisse. Soyez-en convaincus: avec le comité précieux et dévoué qui m’entoure, nous mettrons tout en œuvre pour répondre à vos attentes et relever les défis qui s’imposent à nous. Avec humilité, et rigueur.

La Tunisie héberge sur son sol des dizaines d’entreprises qui portent haut le drapeau rouge à croix blanche. Parmi elles, de grands noms: Novartis, Roche, Bobst, Nestlé, SGS… Que les autres me pardonnent de ne pouvoir toutes les citer. Puisse notre Chambre s’imposer comme une incontournable plateforme de dialogues et d’échanges. Entre les sociétés, d’une part. Avec la Tunisie et la Suisse, d’autre part.

Qu’elle soit également une source intarissable d’informations et de conseils, afin d’orienter les porteurs de projet, et de les soutenir dans l’atteinte de leurs objectifs.

Le monde entier le sait: en 2011, la Tunisie s’est transformée en théâtre d’une Révolution. Depuis, avec persévérance et malgré les contrecoups, elle ne cesse d’avancer vers une transition démocratique durable. Le voyage n’a rien d’une sinécure, mais la Suisse s’est toujours profilée comme un soutien majeur de ces changements structurels, par le biais de projets de coopération.

Toutefois, l’investissement étranger reste un challenge économique et social. L’un des rôles de notre Chambre vise précisément à inciter les investisseurs helvétiques à tirer parti d’un cadre juridique attractif sous nos latitudes. Mais ce n’est pas tout: à nos yeux, la Tunisie peut aussi être empruntée comme une médiatrice dans le cadre de relations tripartites. Le développement de nouveaux marchés sur le continent africain aurait tout à gagner d’un alliage entre connaissances tunisiennes et savoir-faire suisse.

Impossible d’évoquer les notions de dialogue, d’échange, d’investissement sans parler de la jeunesse, placée au cœur de notre philosophie. Préoccupés par les difficultés que rencontre la nouvelle génération sur le marché du travail, nous considérons comme primordiale notre participation active à la création d’emplois et à l’établissement d’infrastructures servant le développement économique.

Aussi, dans le cadre de projets autour de la formation professionnelle de nos jeunes, nous revient-il de nous poser en facilitateurs de contacts avec les autorités tunisiennes. Sans manquer l’axe du développement entrepreneurial: encourageons-les par tous les moyens à saisir les opportunités naissant d’une collaboration accrue avec nos amis suisses sur les terres de Tunisie, du Maghreb, d’Afrique, voire du Moyen-Orient.

Enfin, le développement d’aides à la production tunisienne à des fins d’exportation en Suisse nous tient à cœur, avec une cible particulière dans des secteurs de niche, à forte valeur ajoutée.

Bien qu’elle souhaite conserver ses standards de qualité élevés, la Chambre s’engage à promouvoir l’accroissement de ses membres. Nous encadrerons avec bonheur l’arrivée de nouveaux venus, et sommes prêts à tout mettre en œuvre afin de leur offrir les meilleurs recommandations, et de les accompagner dans leurs démarches.

Les mois à venir seront marqués par de nombreuses tables rondes, des visites aux régions stratégiques à l’investissement, nos «Happy Hour», et bien d’autres actions visant à encourager un réseautage d’affaires empreinte d’une dualité tout helvétique, qui nous permet de faire rimer efficacité et convivialité.

Permettez-moi pour conclure de réitérer mon enthousiasme à l’idée d’occuper le siège de la Présidence pour l’année à venir. Mais que serait une Présidence sans un comité, et sans les membres? Ce n’est que tous ensemble, par un engagement acharné, que nous pourrons demeurer une Chambre de Commerce dynamique et innovante.

Que cette année 2016-2017 en tant que membre de la CCITNCH vous soit lumineuse, fructueuse, riche de belles rencontres et de nouveaux défis…

Au plaisir de vous rencontrer,

Emna Allani, Présidente de la Chambre